fbpx Passer au contenu

La traversée des Monts-Groulx

La traversée des Monts-Groulx est sans nul doute l’aventure la plus folle de notre expatriation au Québec. Les Monts-Groulx (ou Uapishka) sont synonyme de paysages à couper le souffle entre taïga et toundra arctique. Chaque sommet offre des panoramas magnifiques et le relief est parsemé de lacs plus beaux les uns que les autres. 

Ne vous attendez pas à suivre un sentier, les 44 km à parcourir autour du Réservoir Manicouagan (ce gigantesque cratères météoritique visible de l’espace) se font en hors piste et en totale autonomie. Vous ne pourrez compter que sur votre carte et votre boussole pour trouver votre chemin ! Il s’agit donc d’un trek difficile au nord du Québec qui demande toute une préparation. Cette aventure est venue clore notre road trip de 10 jours sur la Côte-Nord.

Comment se rendre aux Monts-Groulx ?

Le départ de ce trek hors du commun est situé sur la route 389 entre Baie-Comeau et Fermont.

Pour accéder aux sentiers, il faut compter 5h de route au départ de Baie-Comeau, dont 100km sur des graviers après le barrage hydraulique Manic-5. Depuis Montréal cela représente 13h de route, mais il est aussi envisageable de prendre l’avion jusqu’à Baie-Comeau et de louer une voiture sur place.

Si vous venez de loin, il nous semble plus précautionneux de faire une étape avant d’attaquer la marche. Les solutions sont nombreuses sur la route : motel, camping sauvage au belvédère de Manic-5 ou au niveau du parking du km 335, chambre à la pourvoirie Relais Gabriel, … 

Soyez également vigilant à votre jauge d’essence, en direction du nord les stations services sont peu fréquentes.
 

Une fois sur place, par où commencer ?

Il existe deux options pour la traversée, en fonction du sens de parcours nord/sud. Les stationnements à chaque extrémité sont situés au km 335 pour le secteur Provencher et au km 365 pour le secteur Jauffrey. Vous pouvez retrouver la carte des lieux et des infos complémentaires sur le site des Amis des Monts-Groulx. 
traversée des Monts-Groulx

La meilleure période pour traverser les Monts-Groulx ?

Vous lirez souvent qu’aux Monts-Groulx, peu importe l’époque de l’année, il est possible d’avoir les 4 saisons en une seule journée. Nous avons fait notre traversée mi-août, et même si nous avons échappé à la neige, nous avons eu tantôt du soleil, de la pluie, du brouillard et beaucoup de vent. Mais globalement je pense que nous avons eu de la chance avec la météo.

En juin, la neige peut encore être présente sur les hauteurs, et la période des fontes rend le terrain vraiment humide (plus que d’habitude). Entre juillet et août, les températures sont plus clémentes mais ça tombe en pleine saison des moustiques. Attention cependant, il peut faire 20°C la journée et 0°C la nuit ! La neige peut aussi revenir avant septembre donc il est important de s’équiper en conséquence (voir plus bas notre équipement). Je vous invite à lire le récit d’un groupe qui a du être évacué en août 2020, alors qu’ils ont été pris par une tempête de neige ! L’objectif n’est pas de vous décourager si vous envisagez cette traversée, mais plutôt de vous faire prendre conscience de la difficulté de ce trek.

Il est aussi possible de traverser les Monts Groulx en hiver. Mais attention, les conditions sont vraiment extrêmes. Peut-être qu’on tentera l’aventure un jour… mais uniquement accompagnés d’un guide !!

Notre matériel pour 4 jours de randonnée

Voici la liste de notre équipement, pensé en fonction de la météo annoncée lors de notre traversée.

    • Sac à dos (40L pour Pauline et 70L pour Quentin)
    • Tente Tiger UL2 Big Agnès + footprint
    • Sac de couchage (un -5°/-10° aurait fait l’affaire mais comme nous n’avons que des 10°, on a préféré prendre nos sleeping d’hiver -18°! Au moins nous n’avons pas eu froid)
    • Matelas et oreillers gonflables
    • Lampes frontales
    • Nécessaire pour cuisiner (réchaud, bouilloire, couvert, verre)
    • Sachets de nourriture lyophilisée + barres de céréales (prévoir un peu plus que la durée du trek, au cas où!)
    • Gourdes de 1.5L (il y a énormément de ruisseau, c’est donc très facile de les remplir)
    • Boussole et carte
    • Téléphone avec l’appli GPS Gaia + batterie externe
    • Bombe anti-ours (même s’il y a peu de chance d’en voir !)
    • Couteaux, cordelette, briquet, allumettes, pierre à feu, papier toilette, sac poubelle…
    • Trousse de secours pour les premiers soins, sifflet, couvertures de survies
    • Spray anti-moustique, crème solaire
    • Matériel photo (2 appareils photos, 3 objectifs et un drone)
    • Bâtons de marche
    • Guêtres (bien utile dans la boue et pour progresser dans la végétation haute)
    • Vêtement moustiquaire (nous avions une veste intégrale, mais je vous conseille d’avoir au moins une protection pour le visage)
    • Casquette et tuque
    • Veste coupe-vent imperméable, pantalon de pluie
    • Jeu de pantalon/chemise/polaire
    • Vêtements thermiques pour la nuit
    • Des chaussures de randonnée
    • Chaussettes de rechange + sac poubelle (pratique le matin pour garder nos pieds au sec pendant qu’on range nos affaires)

Nos vêtements secs, couchage, matériel électronique, et nécessaire à feu sont transportés dans des pochettes étanches. De même, la nourriture et les produits susceptibles d’appâter les animaux sont stockés dans un sac hermétique que l’on accroche loin de notre tente chaque nuit.

Après réflexion, si nous devions rajouter quelques choses : des gants pour les matins frais, une paire de botillons d’hiver pour le soir, et un poncho aurait pu être plus pratique à mettre lors des averses !

Attention il n’y a pas de réseau pour appeler les secours sur place ! il est fortement conseillé d’emmener un téléphone satellite !

Notre itinéraire de 4 jours pour la traversée des Monts-Groulx

Pour cette première traversée, nous avons choisi de partir du Nord (Mont Jauffret) vers le Sud (Massif Provencher). La montée nous a semblé moins exigeante en passant par le sentier nord.

Nous avons choisi de vous raconter cette traversée au jour le jour pour vous partager au mieux l’aventure que nous avons vécue !

NB : Les kilomètres et les dénivelés annoncés dans l’article ne sont pas exactes à 100%. Nous avons récupéré ces données via l’application GPS de notre téléphone. 

Jour 1 — Du km 335 au mont Jauffret

Distance : 8 kilomètres
Dénivelé + : env. 500 mètres

Notre première journée commence par un arrêt au Tim Hortons de Baie-Comeau. Une fois nos cafés en main, nous voilà prêts pour les 5 dernières heures de route. Après un petit stop par le belvédère de Manic 5, nous entamons les 100km de route de gravier qui mènent aux Monts-Groulx. L’aventure commence réellement vers 14h lors de notre arrivée sur le parking du km 365. À peine sortie de la voiture, nous sommes dans l’ambiance…on se fait littéralement attaquer par un nuage de moustiques! On s’équipe rapidement et nous voilà enfin prêts à partir à l’assaut de la traversée des Monts-Groulx !

Au début du sentier, une pancarte annonce 8km pour rejoindre le mont Jauffret. Cette première étape ne présente pas vraiment de difficulté. Nous suivons le sentier aménagé dans la forêt, il y a quelques racines, pas mal de boue mais on avance d’un pas décidé. 

monts Groulx mont jauffret
sentier mont jauffret
route 385 Québec
sentier mont jauffret
sentier mont jauffret
monts Groulx mont jauffret

À la sortie du sentier, l’aventure commence réellement. On sort la carte, la boussole et nos imperméables car oui la pluie est là pour nous accueillir !

La première montée vers le mont Jauffret (1052m) nous permet de nous rendre compte de la difficulté du terrain : une végétation dense et humide à certains endroits. Vers 17h et après 8km de marche, on commence à chercher notre spot pour la nuit. L’objectif est de se mettre le plus possible à l’abri du vent. C’est en installant la tente sous la pluie avec nos pieds mouillés qu’on commence à prendre conscience de l’aventure qu’on va vivre ! 

En organisant notre expédition, j’avais lu à de nombreuses reprises : Si tu n’as pas les pieds mouillés lors de ta traversée ce n’est pas normal ! Bon ben plus de doute nous y sommes !

Une fois le campement installé, Quentin nous prépare à manger. Au menu, aujourd’hui, chili végétarien ! 19h, le soleil se couche et nous avec… c’est la fin de notre première journée.

Mont Jauffret
traversée monts Groulx
monts uapishka
monts uapishka
bivouac monts Groulx
chaussette randonnée

Jour 2 — Du mont Jauffret au lac Joyel

Distance : 15 kilomètres
Dénivelé + : env. 300 mètres (D- 300)

Réveil 6h, la nuit a été plutôt bonne, mais dehors une épaisse couche de brouillard nous attend ! On s’active, Quentin range notre tente mouillée par l’humidité ambiante, tandis que je prépare notre petit déjeuner. Le porridge est plutôt une bonne idée avant de commencer une longue journée de marche, facile à préparer et surtout consistant !

La visibilité dans le brouillard est d’à peine 50m. On commence à avancer mais on garde la possibilité de rebrousser chemin si jamais les conditions météorologiques ne s’améliorent pas dans le courant de la journée. L’idée étant de ne pas prendre de risque !

Passé le mont Jauffret, on redescend sur la crête à l’est avec pour objectif d’atteindre le mont Boissinot (1082m). Malgré la faible visibilité, on arrive à s’orienter sans trop de difficulté. La mousse au sol est glissante et les tourbières sont gorgées d’eau. Par chance, le brouillard se lève 1h plus tard, laissant apparaître les premiers paysages.

La pluie nous accompagne durant l’ascension du mont Boissinot, mais le ciel se dégage arrivé en haut. On ne le savait pas encore mais la descente du Mont allait être l’un des passage les plus facile et agréable de notre journée ! On se décide à sortir le drone pour la première fois, hélas il fait beaucoup trop froid pour la batterie du téléphone de Quentin, qui sert de télécommande …le vol ne dure que quelques secondes ! 

Au loin, on aperçoit le lac de la Chicoutai, notre prochain objectif ! On remarque que la végétation est beaucoup plus dense et que nous allons devoir traverser une forêt de sapin entre deux flancs.

brouillard monts Groulx
brouillard monts Groulx
brouillard monts Groulx
traversée monts Groulx
lac monts Groulx
lac monts Groulx
randonneur photographe
traversée monts Groulx

Une fois dans la forêt, on se rend compte que le passage va être plus difficile que prévu. Aux pieds des sapins, il y a des arbustes partout. On avance au fur et à mesure en essayant d’optimiser au mieux notre trajectoire pour minimiser nos efforts! Et comme si le passage n’était pas assez difficile, on se fait attaquer par des nuages de moustiques ! L’heure d’enfiler nos magnifiques filets ! C’est moche mais on est bien content de les avoir !

Après autant d’effort, on arrive enfin au lac de la chicoutai, qui porte bien son nom ! On en profite donc pour faire le plein de chicoutai, le parfait petit encas! Pour l’anecdote, lors de notre semaine sur la Côte-Nord, nous avions été déçu de ne pas pouvoir aller acheter de produits à la Maison de la chicoutai, mais au final, on n’a pas arrêté d’en manger pendant notre traversée des Monts-Groulx !

Il n’y a pas vraiment de dénivelé sur les prochains kilomètres, mais le sol est humide, on est dans une sorte de tourbière. Déjà que nos pieds étaient bien mouillés, ils ne sont pas prêts de sécher! On progresse jusqu’au lac Lagopède pour faire le plein d’eau et une pause lunch. On aperçoit notre premier humain au loin (et le seul de la traversée !). En arrivant en haut du Mont Jumelle (1021m), on marche déjà depuis 13 km. La fatigue commence à se faire sentir, et comme dirait Quentin, on est en pilotage automatique, on en oublierait même notre sac à dos ! 

Beaucoup de vent au sommet du Mont Jumelle, on y reste donc peu de temps, mais on a vu sur le lac Joyel qui sera notre point de chute pour la nuit ! 

Dernier obstacle de la journé : il faut traverser une grosse rivière avec beaucoup de courant pour atteindre le lac. On a passé pas mal de temps à trouver les meilleurs cailloux pour passer sur l’autre rive car on avait la flemme de retirer nos chaussures ! Quentin nous a finalement trouvé une petite « île » pour poser notre tente. On se fait un mini-feu pour réchauffer nos pieds, et on mange rapidement avant de se mettre au lit !

vêtement anti-moustique
foret monts Groulx
ruisseau monts Groulx
traversée monts Groulx
chicoutai

 La fameuse chicoutai 

traversée monts Groulx
mont jumelle
traversée monts Groulx
campement mont Groulx
bivouac traversée monts Groulx
bivouac mont Groulx

Jour 3 — Du lac Joyel au Massif Provencher

Distance : 13 kilomètres
Dénivelé + : env. 500 mètres (D- 400)

Pas de brouillard pour ce troisième jour, le soleil est avec nous malgré des températures plutôt fraiches ! Cette fois-ci Quentin peut faire voler son drone !

L’objectif du jour est le mont Veyrier (1104m) qui fait parti des 10 plus hauts sommets du Québec

En quittant notre bivouac, la végétation est très verte aux abords du lac Joyel. En arrivant sur le premier plateau, on aperçoit au loin le mont Veyrier. Les paysages sont dignes du Seigneurs des anneaux. C’est à partir de ce moment là, que Quentin nous a refait toutes les répliques des films ! J’ai du entendre une cinquantaine de fois la phrase: « Que font un elfe, un homme et un nain dans le Riddermark ? »  

L’ascension se fait plutôt bien, et pour une fois, le sol n’est pas trop mouillé et surtout sans obstacle. Il y a seulement 100/150 mètres de dénivelé pour atteindre le point culminant ! Arrivés au sommet, on a une vue à 360° sur les Monts-Groulx, c’est époustouflant. On se rend compte de la diversité du territoire : lacs, forêts boréale, alpine…

Retour des moustiques sur la descente signe qu’on se rapproche d’un point d’eau ! En arrivant au lac Magique, on sent que c’est beaucoup plus fréquenté, ou du moins que tous les gens longent le lac car il y a un semblant de sentier sur la berge. Personnellement, on a été un peu déçu par le lac Magique. Et pourtant j’avais lu sur internet que c’était l’un des plus beaux des Monts-Groulx… 

monts-groulx
mont veyrier
monts uapishka
monts uapishka
Mont Veyrier
Mont Veyrier
Mont Veyrier
Mont Veyrier
lac magique
Lac Magique

Directement après le lac, on doit passer un col pour rejoindre le Massif Provencher. On se retrouve face à un éboulis de pierre. Il est possible de le contourner mais on n’a pas le courage de rallonger notre parcours pour la journée, on préfère l’escalader! Nos bâtons de marches rangés, on entame cette « ascension ». Avec le recul, c’était quand même un peu dangereux (combo fatigue/sac à dos), si c’était à refaire, on chercherait un autre chemin !

Le faim commence à se faire sentir. On voulait manger au niveau du lac Nomade mais les moustiques en ont décidé autrement ! Après une pause rapide, plein vent pour être tranquille, on reprend notre cap direction le Massif Provencher, notre point de chute pour la nuit.

Avant de partir, on avait lu que le sentier pour retourner à la voiture ne commençait plus du lac Quintin mais bel et bien du Massif Provencher. On décide de tracer une ligne droite du lac Nomade en direction du Massif. L’ascension par le flan sud est longue, il y’a beaucoup de moustique, on avance péniblement, mais notre mood : marche ou crève ! L’idée est vraiment d’avancer le plus possible pour récupérer facilement le sentier le lendemain.

On arrive à destination tout juste pour le coucher du soleil sur le réservoir Manicougan. On installe la tente derrière une roche pour se protéger du vent. Le sol n’est pas vraiment plat, mais on n’est plus à ça près !

Après 3 jours de marche, on est exténué, on a vraiment mal aux pieds et on veut juste dormir. D’ailleurs, le repas du soir a été expéditif. Pour vous donner une idée de l’état de nos pieds, lorsque Pauline a voulu les prendre en photo avec son téléphone, l’IA les a associé à un chat sphinx ! (On est sympa, on vous épargne la photo!)

Pendant notre pipi nocturne, on a eu la chance d’observer un ciel étoilé de fou, mais la fatigue l’a emporté et nous n’avons pas eu le courage de nous rhabiller et de sortir nos caméras !

éboulis pierre
lac magique
monts Groulx escalade
lac monts Groulx
traversée des Monts-Groulx
lac monts groulx
bivouac massif Provencher
coucher de soleil monts Groulx
coucher de soleil massif Provencher

Jour 4 — Du Massif Provencher au Km 335

Distance : 8 kilomètres
Dénivelé + : env. 50 mètres (D- 710)

Dernière journée ! On part avec l’idée en tête que ça va être facile et rapide ! Dans les faits, on a juste à retrouver le début du sentier et redescendre au parking situé au km 335 !

On range notre tente et 200m plus haut, on est au sommet du Massif Provencher. La vue sur le réservoir est à couper le souffle. Quentin se demandait si de là haut il verrait la forme ronde du cratère : la réponse est oui ! On s’attarde à faire quelques photos.

On retrouve facilement les cairns qui mènent au sentier. Il n’y a plus de doute, le chemin est de nouveau dessiné au sol. Il ne reste plus qu’à le suivre pour redescendre à la route. Un dernier coup d’œil sur le réservoir et on s’engage dans la forêt sur 8/9km … les plus longs kilomètres de votre vie (honnêtement on en rajoute à peine!!)

Le sentier est long, accidenté, boueux… d’ailleurs on remercie toutes les personnes qui viennent entretenir ce sentier et l’améliorer car on n’imagine même pas comment ça devait être avant !! Il y a des pancartes sur tout le sentier avec le nom des personnes/groupes et les années où les chantiers ont eu lieu. On ne parle plus, on avance juste et on regarde l’appli GPS toutes les 5 minutes pour voir si ça avance… 

À midi, on est sur le parking, prêts à faire du pouce pour récupérer notre voiture qui est 30km plus loin ! On va pas se mentir, il y a très peu de passage sur la route 389. On a eu la chance de croiser Guy, qui offre, entre autre, un service de navette entre les deux parkings. Pour nous le timing était juste parfait mais normalement c’est quelque chose à prévoir à l’avance, car pour rappel il n’y a pas de réseau aux Monts-Groulx. A refaire, on aurait déposé notre voiture à l’arrivée le premier jour plutôt que de s’embêter en fin de trek quand on n’a plus d’énergie.

massif Provencher traversée des Monts-Groulx
réservoir Manicouagan
réservoir Manicouagan
réservoir Manicouagan
réservoir Manicouagan
massif Provencher
passif Provencher
massif Provencher cairns
traversée des Monts-Groulx
traversée des Monts-Groulx
massif Provencher cairns

Traverser les Monts-Groulx est un véritable défi aussi bien physique que psychologique… Nous avons essayé de trouver un rythme qui nous correspondait tout au long de ces 4 jours afin de ne pas arriver trop tard à notre point de bivouac, mais en même temps prendre le temps d’observer les paysages et de faire quelques photos ! Pour nous cette traversée a été une magnifique et folle expérience! Nous sommes fiers d’avoir pu la faire pendant notre expatriation!

Si vous avez des questions sur notre itinéraire ou autre, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire. 

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à l’épingler sur Pinterest 🙂

traversée des Monts-Groulx
traversée des Monts-Groulx
traversée des Monts-Groulx

2 Commentaires

  1. Éric Razurel

    Super votre récit avec de l’humour juste ce qu’il faut!
    J’ai moi même participé dans les années 90’ à des longues randonnées hivernale en ski de fond (nordique) en presque totalité autonomie un peu partout au Qc! Et votre récit me remémore tellement de beaux souvenirs et d’autres qui relevait du défi ou plutôt de la réflexion qu’est que tu fou ici plutôt que dans le sud, paisible à siroter un drink!!! Eh bien, en vous lisant je sens le fondement de ce genre de projet! Le dépassement de soi et surtout la découverte de paysages grandioses qui n’est pas donné à tous de les voir de visu! Wow et encore merci!
    Les Monts Groulx sont sur ma To do list! Et je ne sais pas encore le format que ce projet prendra! Mais il se réalisera à coup sûr! J’ai la chance de connaître le Tech du programme de TACHE du Cégep de Baie-Comeau qui connaît très bien ces Monts!
    Encore merci et je vais aussi lire et regarder vos autres publications!

    • prendstesclics

      Vous avez parfaitement résumé l’état d’esprit dans lequel nous étions pendant cette traversée! Un grand merci pour votre commentaire qui nous va droit au coeur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *